Planer au sens propre comme au figuré

« Nous voyageons dans un océan d’incertitudes. »

Voyager avec AirTran ne coûte pas cher en comparaison avec d’autres compagnies et, bien que le personnel soit serviable, le service et le confort est minimal : aucun repas n’est servi ; il n’y a même pas d’écran commun…

Cela m’amène à la conclusion que, quel que soit le produit ou service concerné, le prix, plus ou moins bas ou élevé, équivaut à une plus ou moins grande qualité. Voler avec une compagnie plus chère signifie plus de confort et plus d’extras. Pourtant, je me pose la question : cela nous rend-il plus heureux ? Le fait de voyager avec une compagnie prestigieuse, en business class, engendre-t-il un sentiment supérieur de bien-être intérieur ?

Je pense que non. En tout cas, dans mon cas, la satisfaction provient de soi-même, d’un état de sérénité et de liberté intérieur, non des biens de consommation et du confort matériel même si, comme on le dit souvent, l’argent permet plus facilement de combler des besoins et d’assouvir ses envies.

J’appelle cela « spiritualité » : le contentement de l’« âme » éprouvé lorsque l’on est soi-même, que l’on s’accepte tel que l’on est et que cette identité trouve son épanouissement dans la vie matérielle, la réalité. Pour moi, pour accéder à cette expérience, la liberté est clé. Au cours des trente premières années de ma vie, je ne l’ai jamais aussi intensément ressenti qu’en ce moment. Malgré la fatigue, état physique, mon esprit est paisible et animé d’une sensation de bien-être qui semble aujourd’hui absolu, infini.

A trente ans, je goûte pour la première fois à la vraie nature de la vie, au bonheur de vivre.

Il est évident que ce résultat est lié à une série de facteurs tels que l’environnement, l’entourage – ou l’absence d’entourage… Toutefois, je n’y serai jamais arrivée sans l’ouverture d’esprit dont je suis dotée, ni ma soif de vivre.

Je suis passée par des moments difficiles et extrêmes. Cela ne signifie en rien que c’est la fin. Cependant, la découverte du Bonheur – mot parmi tant d’autres, tout en me rapprochant – en pensée – de celles et ceux que j’aime, m’encourage à avancer sur la voie qui s’offre à moi, une voie tracée par moi et pour moi. Project non exclusif.

Je perçois qu’il y aura encore des épreuves sur ma route, mais je suis déterminée à relever les défis. Cette béatitude, je ne la dois qu’à moi. Je n’ai ni prié Dieu pour l’obtenir, ni médité. Ce que j’aurais pu faire pourtant… Certes, j’ai voyagé, mais par-dessus tout, je me suis retrouvé avec moi-même et ouverte aux autres, à d’autres cultures a fortiori. Ce que je veux dire est que chacun peut faire comme il veut. Selon moi, la quête ne s’embarrasse d’aucun artifice, ni d’artefact.

L’Amour joue un rôle. De là, l’importance de ne pas se couper des autres, de ne pas lutter contre ses sentiments, de se laisser porter par l’élan du cœur, la Passion. Car, en fin de compte, que nous reste-t-il lorsque le monde matériel s’écroule, comme lors de catastrophes naturelles telles qu’un tremblement de terre ? La foi en l’humanité.

Jésus Christ, comme d’autres héros, est admiré pour l’amour qu’il a donné aux autres, le sacrifice qu’il a commis envers l’humanité, pour que nous soyons « sauvés », ce que l’on désigne sous le vocable de « Passion du Christ ». Paradoxalement, peu d’entre nous semblent animés par cette volonté et ce courage. Nous nous laissons facilement démonter par la peur et la crainte et préférons nous laisser enfermer par des chaînes plutôt que d’oser être nous-mêmes et de laisser la nature reprendre le dessus. L’Amour est le plus beau sentiment au monde quand on le laisse nous envahir et prendre les rênes de notre vie. Il fait des miracles, ou plutôt c’est lui le Miracle. Dans nos sociétés, l’amour est réprimé et étouffé. Pourquoi ? Je ne peux l’expliquer mais je perçois des raisons pour cela. Un mot me vient en tête : « évolution ».

Ceci n’est pas une découverte, c’est plutôt une révélation. C’est comme si je le savais depuis toujours mais que tout vient de devenir clair. Alors, peut-être y a-t-il un Dieu quelque part qui nous regarde et nous accorde toute liberté. Les hommes ne sont en général pas enclins à faire de même.

Concernant les technologies, comme les dernières évolutions qui vont prétendument transformer le monde au-delà de la science-fiction, et par lesquels certains individus ambitionnent de faire de nous des robots ou de mettre les robots au service des hommes, je suis sceptique. Les appareils portables sont utiles, certes, mettant à notre portée des moyens faciles pour vivre une variété d’expériences (nouvelles formes de drogue). Toutefois, ces mêmes appareils renforcent la tendance – naturelle ou non – de l’être humain à s’enfermer sur lui-même, dans une bulle. Cela ne comporte pas forcément un danger en soi. Je constate cependant que ces instruments contiennent un écueil consistant à nous couper du monde alentour et a fortiori à nous éloigner des autres. Nous essayons de recréer un monde propre à nous (utopie). Ce que nous avons fait depuis la nuit des temps par le biais de l’écriture, des arts, des médias, des techniques… En ce sens, les nouvelles technologies côtoient les anciennes, qu’elles remplaceront peut-être un jour définitivement.

La tendance à ne jamais être satisfait nous prive, dans ma conception de la vie sur terre,  de la richesse des expériences et relations sociales, aussi diverses et infinies, voire davantage, qu’objets et rêves d’évasion démesurés. Le détachement de nos racines risque à terme de nous ôter, sinon notre part d’humanité, pour le moins notre capacité d’aimer. De là à dire que l’humain coure à sa perte, il n’y a qu’un pas que je ne franchirai pas, préférant que triomphe l’espoir pour l’humanité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s