Musique et Amour (28 août 2012)

Parallèle entre la musique et l’amour, à la table de la cuisine, au moment d’engloutir une tartine garnie de fromage allégé…

Il y a la musique populaire – la pop, qui vous reste dans le creux de l’oreille, qui ressurgit à tue-tête, à tout moment, sans crier gare, sur des airs entraînants. Celle-ci passe sur les ondes de la radio, la plupart du temps inaperçue, mais néanmoins laisse des traces sonores dans son sillage.

Et il y a la musique de votre cœur, celle que l’on apprend à aimer, qui prend du temps à découvrir, que l’on étudie sous toutes ses gammes, dans tous ses accords, selon toutes ses notes, que l’on dissèque en chaque mot prononcé, pour en extraire le sens, le jus, l’essence, le fin nectar. Cette musique-là nous ressemble, nous fait vibrer. C’est la mélodie qui trouve un écho au plus profond de notre être.

Distinction entre superficialité qui plaît à tout le monde et essentiel qui vous pique en plein vif, comme personne d’autre, unique à soi-même. C’est cela qui procure du bonheur. Comme trouver son havre de paix dans le monde, sa place à part entière, sa raison d’être…

L’amour de sa vie.

Ces idées qui me viennent comme sorties de nulle part, qui s’enchaînent pour exprimer une allégorie, qui débouchent sur l’écriture. Pourquoi me viennent-elles maintenant, après un vide cruel de plusieurs mois ? Es-ce parce que je n’ai à me préoccuper de rien : ni de faire un boulot chiant et stressant, ni de payer des factures, ni de cuisiner ? Ou est-ce simplement les caprices de la créativité, qui va et vient, à son gré ? Il est indéniable qu’il me faille un temps, un espace surtout, pour créer. Mais la création est avant tout, en tout cas pour moi, une impulsion, non contrôlable mais canalisée. Pas une réflexion, mais un état de grâce. Une révélation. La créativité n’est sûrement pas réservée à une élite de rentiers !

L’Amour y est-il pour quelque chose ? Sans doute. Cette petite étincelle qui embrasse les sens, et embrase le corps et l’âme d’une flamme indolore, mais puissante, capable de donner des ailes aux plus peureux [pauvres].

L’environnement également doit jouer un rôle dans l’épanchement de sa créativité : calme, tranquillité, isolement, confort…

Stimuli et lieu propice : la combinaison gagnante de l’écriture. [J’ajouterai la disponibilité.]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s